Parole d'expert : 3 questions à une responsable en engagements énergétiques

30/01/2019

Floriane Richez, responsable engagements énergétiques chez Ouvrages Publics est notre parole d'experte du mois de janvier, elle vous explique en 3 questions son quotidien.

 

Décris- toi en 3 #

#Positive

#Organisée

#Collaborative

Pourquoi et comment garantir la performance réelle des bâtiments ?

La réglementation thermique, ainsi que les labels énergétiques se basent sur des règles de calculs théoriques et non sur des performances réelles atteintes. Or, nos client sont comme nous, ils préfèrent que les performances annoncées soient réellement atteintes !

Proposer un engagement sur les consommations réelles, c'est s'intéresser à notre client, à la performance énergétique de son bâtiment, à ses dépenses, et à l'environnement !

Les engagements énergétiques sont déjà classiques dans les PPP, les bailleurs sociaux en sont de plus en plus friands, et les clients privés apprécient avoir des charges garanties.

Pour arriver à s'engager sur des consommations, des équipes d'experts en énergie et en simulation thermique dynamique travaillent pour mettre au point un processus continu qui débute de la conception jusqu’à l’exploitation du bâtiment.

Seul, l'expert en énergie ne pourra pas garantir la cible de consommations réelles. Tous les intervenants ont leur rôle à jouer :

  • Les commerciaux nous informent des sensibilités du client et indiquent une stratégie à suivre pour viser un objectif plus ou moins ambitieux,
  • Les équipes de conception et d’études de prix prévoient les équipements et la conception adaptés pour atteindre la cible tout en maitrisant le coût,
  • Les travaux s’assurent de l’atteinte des performances des équipements mis en place et vérifient l’atteinte des sous-cibles comme la perméabilité à l’air,
  • Les exploitants réalisent la gestion technique du bâtiment et la maintenance afin de garantir une exploitation conforme aux performances cibles,
  • Les utilisateurs et le client utilisent le bâtiment de façon raisonnée et raisonnable pour atteindre les consommations cibles (exemple : ouvertures de fenêtres ou température de consigne),
  • Les retours de chacun sont collectés pour intégrer des performances, une exploitation et un usage réaliste et cohérent aux calculs de consommations énergétiques.

Quelles sont les tendances en terme d'engagement énergétique pour les années à venir selon vous ?

Les clients commencent à nous demander des engagements couplés, comme par exemple des engagements sur l’énergie et sur la qualité de l’air pour éviter de dégrader l’un pour obtenir l’autre.

Pour toucher directement les coûts et non les consommations, les engagements futurs vont sans doute s'orienter vers des engagements de charge (en € et non plus en MWh). Cela va demander de coupler l’ingénierie thermique avec la connaissance des marchés de l’énergie.

A l’avenir, on peut s’attendre à une production d’énergie moins stable due à un mix énergétique comprenant plus d’énergie renouvelable. Il pourra donc nous être demandé un engagement de flexibilité, entrainant une capacité de stockage / délestage ou la possibilité de couper certains équipements. De ce point de vue-là, le monde du bâtiment a du potentiel, mais doit réussir une mutation technique et culturelle.

Des défis passionnants pour les années à venir !